Aller au contenu
Chef de projet SEO (référencement naturel)

Confession d'un spécialiste du SEO dans le 49

Non ! Si vous êtes consultant SEO ou tout autre spécialiste du référencement naturel, il est peu probable que vous appreniez quelque chose ici. Cependant, dans notre métier, il y a toujours de quoi glaner, ici et là, quelques infos utiles... Voici mon parcours professionnel ! Où comment je suis devenu expert du référencement de sites Internet dans le département du Maine-et-Loire ? Je mets ici un peu (beaucoup) de "bold" - ça aidera mon texte à gagner le top 3 sur la requête visée (MDR). J'évoque le 49 car, soyons honnête, je n'habite pas la Capitale du Roi René. Pour vivre heureux, vivons cachés ? A l'ombre des résultats de la SERP ? Aux pages "A propos" d'ordinaire franchement insipides, je me suis rappelé que j'avais un parcours atypique. Je n'ai pas écrit "chaotique". Au final, tout ce que j'ai vécu avant de me lancer dans l'optimisation SEO m'a préparé - presque logiquement - à devenir référenceur... Ce texte écrit la main sur le cœur doit être pris comme une allégorie de ce qu'il ne faut pas faire pour un bon référencement naturel de votre plate-forme web.

Reynald Dal Barco Référencement Maine-et-Loire 49
Peut-on aimer la discrétion et travailler dans le référencement ?

Mes débuts en tant que rédacteur

Je suis né à l'âge de 23 ans, le 1er septembre 1994. Pas tout à fait en vérité puisque j'écrivais déjà mes premiers textes pour le compte d'un fanzine publié par l'association aDRaMa (suivant son réel patronyme) qui concentrait, en ces temps franchement reculés, tous les espoirs d'une communauté musicale angevine "à l'inauguration de son club et salle de concert" (suivant l'expression consacrée). Lorsque Le Chabada ouvre donc ses portes ce 24 septembre 1994, je suis déjà missionné depuis un mois à la rédaction de son journal-programme. J'y travaillerais pendant 6 ans en complément de mes réelles attributions de chargé de missions à la gestion des "Locos" de répétition de La Cerclère... et à la "coordination des opérations de structuration de la scène locale" (en langage culturel). Tels furent mes débuts comme rédacteur.

Les Locos du chab
Lieu du "Rock Angevin" des années 90 (source : Le Chabada)

A la préhistoire du web français

Cette époque formidable a marqué ma chair. En termes SEO, voici la pire introduction que l'on peut rédiger car elle est à mille lieux des 100 premiers mots censés aider à la compréhension d'un texte pour un algorithme (rapporté au mot-clé visé j'entends, à l'intention de pertinence recherchée). Mais il faut bien que j'explique les choses, que j'aille dans l'ordre et puis ma vie est plus importante que Google... Après le "Chab'" j’ai connu l’âge d’or du référencement naturel - mais sans le savoir. C’était au milieu des années 2000. Après ma démission des Musiques Actuelles et Amplifiées, je créais effectivement un site Internet avec deux associés.

Private joke Angers
I.A.B.F. pour toujours

Un concurrent direct d'AlloCiné.fr

Je pense que GoogleBot ne comprend rien à ce que j'écris (mais en appuyant avec le gras et avec du lien... "Sur un malentendu"... private joke)... Cherchez dans votre mémoire ! Le site Internet en question s'appelait CineMovies.fr. Ah... Vous voyez ! Cela vous parle (au plus de 40 ans). Bancal certes, réalisé à l'arrache, tout le chiffre d'affaire passant dans la bande passante, une épopée qui mériterait presque une hagiographie. Mais nous avions une bonne visibilité dans la SERP - les revenus publicitaires s'annonçaient colossaux (ahahah). CineMovies a été lancé, à Angers, en 1999 - dans une chambre de bonne. Oui, oui, comme dans les grandes légendes du web. Ce n'était ni Google, ni Facebook mais pour nous trois, c'était tout comme. Notre plateforme éditoriale était spécialisée dans la diffusion - et la vente - de contenus d’entertainment. A l’époque, nous étions bien plus absorbés par nos considérations sociétales (de très gros médias souhaitaient nous racheter) que par les considérations d’optimisations SEO. Si nous réussîmes à atteindre, en mars 2011, les objectifs que nous nous étions fixés à l’origine (à savoir vendre notre site Internet, notre bébé), le couperet tomba en 2012.

Site internet CineMvoies.fr
Les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître

De 90 K à 130 K pages vues par jour

Ceux qui rachetèrent notre base de données, ignares eux-aussi sans doute des notions de référencement naturel (on ne citera personne), ne se doutaient pas du proche Armageddon. Pourtant, avec le recul - mais c’est toujours facile avec le recul… Cette fameuse base de données constituée de quelques 250 000 urls cumulait - même si les chiffres ne sont peut-être pas aussi exacts – 60% de pages de contenus dupliqués, 30% de pages vides (puisque nous proposions énormément de vidéos) et, allez, 10% de contenus potentiellement exclusifs (potentiellement dis-je car il aurait fallu monitorer le near-duplicate). Quant au développement de notre popularité, néant. Question autorité, oui, nous faisions de la page vue. Beaucoup de pages vues. Notre moyenne se situait entre 90 000 et 110 000 pages consultées quotidiennement. Avec un top à 130 000 si mes souvenirs sont bons. Source ? Médiamétrie !

Filtra algorithmique Panda
Et "Pandi Panda" croqua tout

Et puis le glouton Panda arriva

Avec la mise en place des filtres algorithmiques (au lancement des pénalités) de Google en 2012, la sanction fut sans appel. Notre enseigne prit de plein fouet un Panda (filtre sanctionnant le contenu pauvre et dupliqué). Imaginez !?! Vous trustez, sur la majorité de vos mots-clés, le triangle d’or de Google et du jour au lendemain, patatras ! Toutes vos pages ne sont plus visibles dans les 10 premiers liens organiques, voire dans les 100 premiers liens bleus sur certaines requêtes. Panique à bord. Comment avons-nous réussi à remonter la pente ? Il fallut y aller à la hache. Ne garder que 10% de notre base de données ! Balancer tout le reste. Des nuits et des nuits de travail ! Que dis-je ? Des années de travail mises à la poubelle en... 3 clics ! En tout état de cause, voici les origines de mon intérêt pour le référencement naturel.

Partir de Webedia pour "manger du code"

Même après un Panda, la vie continue (électroniquement parlant). Et elle n'a pas été si mal chez Webedia. Rendez-vous réguliers à la Capitale, couvertures d'avant-premières, interviews des stars du cinéma hexagonal et international (en couvrant les festivals) ! La vie de critique de cinéma... Toutes les bonnes choses ont une fin cependant... "Mutation sur Paris !" Moi : "Niet !" Eux : "Par ici la sortie." Moi : "Pas de problème !" Puisque c'est comme ça, j'entre en formation pour écrire du HTML, CSS, jQuery. Ça se corse avec JS. Avec PHP, je jette l'éponge. Je comprends que je ne serai jamais développeur (pour un littéraire, classique). Enfin, pas tout à fait. Je finis l'année avec une sérieuse idée. J'ai un an de trésorerie devant moi. Je vais m'enfermer à la campagne pour apprendre le SEO. Pendant un an, j'ai lu, j'ai lu, j'ai lu. J'ai regardé des webinaires, j'ai regardé des webinaires, j'ai regardé des webinaires (je ne suis vraiment pas sûr que GoogleBot appréciera les redondances)... Et puis, un jour, je tombe sur l'article : "La triplette du bourrin" (sans rire). Je découvre Laurent Bourrelly.

BootCamp SEO Laurent Bourrelly
Première mouture du BootCamp de Laurent Bourrelly

Du "Spirit SEO" à "Respirer l'odeur de la SERP" : sur la voie du savoir

Honnêtement, j'ai commencé comme n'importe quel spécialiste du référencement de site Internet (petite occurrence) : en lisant les articles d'Olivier Duffez de WebRankinfo, puis en dévorant le livre "Réussir son référencement web" d'Olivier Andrieu. A ces deux hommages incontournables, j'ai quand même le net sentiment que tout a véritablement commencé avec la première version du BootCamp de Laurent Bourrelly. Quant à moi, à partir de cet instant, je me suis senti sur les rails de l’accessibilité au savoir SEO. J'ai rencontré depuis des gens véritablement formidables. De vrais référenceurs ! Pas des vendeurs de rêve ! Je ne peux les citer tous. Chacun m'a apporté une brique qui m'a permis de construire mon expertise. Sémantique, maillage, netlinking, compréhension moteur. Oui, avec eux, j'ai acquis le "Spirit SEO" comme on dit. J'ai appris à "Respirer l'odeur de la SERP".

Référencement naturel Maine-et-Loire 4ç
Si le SEO fait rêver, attention à la chute

15% des entreprises seulement

Rétrospectivement, mon histoire (j'en reviens à CineMovies) peut servir de parabole à tout chef d’entreprise et entrepreneur du Maine-et-Loire. Vous avez un business on-line fleurissant ; vous ne vous souciez de rien (évidemment, puisque tout roule). Et puis, tout d’un coup… Mais c’est fini tout ça. Enfin… Dans un récent article (désolé, je ne me souviens plus de la date), le consultant SEO Olivier Andrieu (encore lui) révélait que seulement 15% des entreprises françaises se souciaient de leur référencement naturel. La statistique (qu'il faudrait vérifier néanmoins) a de quoi interpeler le spécialiste du référencement que je suis. Je vis dans un environnement où l’on ne parle que de ça. Être visible dans les moteurs de recherche va tellement de soi pour moi. Eh bien, pourtant, non ! Pas pour tout le monde... Absurde.

Le référencement naturel pour une meilleure confiance en son outil digital

Mes clients, eux, mesurent la différence d’être visibles ou non dans les moteurs de recherche. Tous ont été victimes de mauvaises pratiques ou de charlatans (n’ayons pas peur des mots). Bien au-delà de l’augmentation substantielle de leurs revenus, je pense qu’ils sont bien plus heureux d’avoir recouvrer confiance en leur communication électronique. Faire du SEO, c'est aussi ça ! Et peut-être ça avant tout : travailler sa visibilité moteur mais aussi son discours, sa communication, avoir confiance sur ce que je dis en ligne. Sincèrement, encore, le nombre d’entreprises (en général des TPE et petites PME) qui n’évoquent jamais leur site Internet (presque par honte) est effrayant. Et de remarquer : "Oui, j’ai un site web mais il ne me rapporte aucun client..." Une plate-forme web n’est pas faite pour dormir (à moins que vous aimiez jeter votre argent durement gagné par la fenêtre). Après, OK ! Plus facile à dire pour l'e-commerce, que pour le BtoB... Vous aimeriez vous aussi que votre site Internet devienne le partenaire de votre développement ? Qu’il vous apporte des clients sans que votre équipe commerciale n’ait à lever le petit doigt ? Vous ne rêvez pas. Cela s’appelle le référencement naturel.

 

Merci pour votre lecture !

A propos de mon site

Réflexions sur des sujets que j'estime majeurs en direction de mes leads et clients actuels. Ces documentations tentent de vulgariser le référencement naturel et la création de site Internet orientée SEO et content marketing. Il m'est aussi utile pour de nombreux tests (site malmené).

Faire défiler vers le haut