Aller au contenu
Chef de projet SEO (référencement naturel)

De la nécessité d’un discours de vérité par votre consultant webmarketing à Angers

Un consultant webmarketing est spécialisé dans la déclinaison de politiques digitales favorisant votre business électronique. C'est un métier difficile car le champ des compétences est vaste. Apanages du freelance ou de l'agence web marketing, ces politiques digitales sont multiples, complexes mais surtout, elles n'ont pas la même valeur en termes de retour sur investissement (ROI) suivant les produits ou services que vous vendez. Un consultant webmarketing vous aidera premièrement dans la conception de votre site Internet. Il faudra ensuite le faire vivre ! Et c'est là, véritablement, que tout commence car, en tant que communicants, les professionnels du web ne vous présenteront jamais certaines statistiques au risque de vous décourager - statistiques qu'il est néanmoins bon de connaître pour savoir où vous allez. Effectivement, que l'on parle de présences dans les moteurs de recherche, sur les réseaux sociaux, d'emailing ou de marketplaces voire d'affiliation, chaque canal possède ses valeurs, mais surtout ses écueils. Voici un article pour vous aider à appréhender le meilleur spot électronique. Contactez-moi encore si vous souhaitez avoir un regard extérieur sur les devis que l'on peut vous fournir en termes de pertinence de développement... Actualisé le 10/12/2020 !

Consultant webmarketing Angers

Besoin d'une expertise webmarketing ?

Concernant la mise en ligne de votre site Internet

SEO, SEA, SMO, SEM, autant d'acronymes anglo-saxons dont les spécialistes du marketing digital usent pour manipuler leurs prospects ou leads (c'est à dire vous). Je me rappellerai ainsi toujours d'une déclaration de l'un de mes tout premiers clients. "Vous, les professionnels du web, on ne comprend jamais ce que vous dites et coûtez horriblement cher pour un retour souvent très moyen pour ne pas dire nul..." Eloquent ! Non ? Certes, le marketing digital exige de la technicité devant la complexité toujours plus tendue et développement des outils en ligne. Il est ainsi une première réalité que vous devez intégrer si vous êtes l'éditeur d'un site vitrine ou d'un e-commerce. Un site Internet doit vivre sinon au quotidien, tout du moins mensuellement à minima. Si vous pensez que tout est fini au moment de la mise en ligne de votre site Internet, vous faites déjà fausse route. Non, c'est justement à ce moment que tout commence. Si votre consultant webmarketing ne vous a pas averti de ce fait, problème ! Surtout, il est impératif de mettre en perspective votre site Internet avec le web qui l'environne car Internet est régi par la notion du "lien"... et par des algorithmes toujours mouvants.

Taux de conversion et taux d'abandon : deux premières statistiques à connaître au lancement d'un site web

La première statistique à connaître et que tout professionnel du web ne met jamais en avant est celle de la conversion d'un site Internet. Qu'est-ce que la conversion ? La conversion est une notion vaste. La connexion d'un internaute à votre site Internet est une conversion ! Une commande en ligne est un autre type de conversion ! Tout dépend, donc, des objectifs que vous vous êtes fixés. Sachez que la conversion moyenne d'un site Internet, quel que soit votre business, se situe entre, seulement, 1 et 3%. Autant d'efforts pour si peu ? Oui ! Evidemment, tout dépendra de ce que vous vendez ! Mais aussi de la manière dont est conçu votre site web. Selon le FEVAD, le taux d'abandon du panier d'un site e-commerce est compris entre 70 et 80%. Tout consultant webmarketing connaît cette métrique et pourtant, combien la cachent ? S'il existe bien d'autres métriques (insights) à maîtriser concernant l'étude des trafics de votre site Internet, l'étude du taux de rebond constitue un élément non négligeable. Le taux de rebond moyen d'un site Internet (pour ne pas dire normal) est compris entre 50 et 60%.

Raisons majeures abandon panier e-commerce

Les 8 principales raisons d'abandon de panier

Travailler sa présence dans les SERPs des moteurs de recherche via le référencement naturel (ou SEO)

L'une des politiques les plus prisées par les entrepreneurs en termes de retour sur investissement est le référencement naturel. A hauteur de 97 ou 98%, tout internaute débute son parcours web par un moteur de recherche. Le référencement naturel offre donc la possibilité d'être visible à travers différents mots-clés déclinés par votre site Internet. Certes très appréciée, cette politique webmarketing n'en est pas moins la plus difficile à mettre en place - étant donné la complexité et transversalité des facteurs on-page, on-site et off-site à optimiser pour répondre aux exigences des moteurs de recherches. Le SEO, ça coûte cher, très cher ! Pour différentes raisons : niveau de compétences, utilisation d'outils de monitoring, temps consacré. Se positionner favorablement dans les pages des résultats (définies par l'acronyme SERPs) demande donc des ressources. Le référencement naturel réclame de la patience car vos optimisations doivent être mises en perspective par les algorithmes avec votre concurrence électronique. On ne fera donc jamais de SEO alors qu'un business est à bout de souffle. Si un consultant webmarketing vous préconise une politique d'acquisitions clients via le SEO alors que vous êtes à deux doigts de déposer le bilan, problème. Pis encore ! Le SEO (pour Search Engine Optimization) se décline à long terme. C'est bien beau de se positionner dans les premiers liens de Google mais il faut y rester. Si, au bout d'un an, vos positionnements commencent à chuter, que ferez-vous ? Et ils chuteront (si vous dormez sur vos lauriers)... De plus, devant les résultats enrichis d'un Google ou d'un Bing, le taux de clics sur les liens naturels (dits organiques) chute d'année en année.

Vidéo de vulgarisation sur le webmarketing

Les Google Ads sont l'autre moyen de perdre beaucoup d'argent en terme de marketing digital

Il est admis qu'un internaute tape en moyenne 4 mots dans le champ de recherche des moteurs. Par défaut, la plupart affichent 10 résultats. Ces 10 résultats sont de plus en plus environnés d'autres résultats tels que le "pack local" (en rapport avec le référencement local), le "knowledge graph", Google My Business, un carrousel de vidéos extraites de YouTube (parlons de VSEO), et plus encore les annonces "Google Ads" (le SEA pour "Search Engine Advertising") qui trustent les premières positions car achetées directement au moteur Google. Le SEA est donc le moyen le plus rapide d'être premier dans un Google même s'il faut s'interroger sur la qualité des prospects acquis par ce canal (30% des internautes ne cliqueraient jamais sur les "Annonces" d'un Google - ça laisse songeur sur la pseudo nécessité d'acheter ces premières positions). Il est aussi le premier moyen de jeter son argent par la fenêtre. Nouvelle anecdote ! J'ai rencontré un chef d'entreprise qui dépensait, non pas des fortunes, mais environ 1 000 euros par mois pour aucune vente (vrai de vrai !). Pour une petite structure, cela fait mal au porte-feuille. Pourquoi ? Toutes ses campagnes étaient automatisées. Donc mal configurées ! Les algorithmes de Google étaient libres de faire ce qu'ils voulaient. Mauvaises définitions de mots-clés, absences d'AB testing et surtout de réelles politiques de landing pages, résultats garantis (ou plutôt, non garantis). Voici une autre règle d'or concernant le webmarketing ! Ne jamais laisser les algo raisonner à votre place ! Ils sont très utiles, certes, mais ils ne connaissent pas véritablement votre business. Dans ce sens, je vous invite à lire cet article éloquent du JDN : Google Ads devient une blackbox. Autre préconisation ! Si vous rencontrez un consultant webmarketing qui oppose le SEO et le SEA, prenez vos jambes à votre cou ! Ces canaux ne sont pas contradictoires mais complémentaires...

Le consultant webmarketing et les réseaux sociaux : attention à l'arnaque et surtout au découragement

Le SMO (pour "Social Media Optimization" autrement dit l'optimisation de vos pratiques sociales) réclame plus encore de la pertinence d'actions et de choix. Beaucoup pensent qu'animer un page Facebook est un jeu d'enfant. Animer votre compte personnel Facebook, peut-être ! Une page professionnelle, beaucoup moins. Très chronophage, l'animation des comptes et pages sur les réseaux sociaux peut facilement en décourager plus d'un si les objectifs ne sont pas clairement définis. S'il est encore possible de vendre tout et n'importe quoi sur un Facebook, Twitter demeure une plateforme conversationnelle qui attire beaucoup plus les CSP+. Le réseau de Mark Zuckerberg a connu ces dernières années un vaste glissement générationnel. Les millennials (les 15 - 25 ans pour faire simple) l'ont quitté pour se réfugier sur Snapchat et plus encore sur Tik-Tok. Seul Instagram semble encore faire office de réseau trans-générationnel. Quoi qu'il en soit, développer un business via les réseaux sociaux impose obligatoirement de passer par l'achat d'espaces publicitaires (les Ads) car tous ces plateformes limitent volontairement l'affichage dit "organique" (soi-disant naturel) de vos posts ou tweets. Je rappellerai ainsi que le reach organique (c'est quoi le reach organique ?) de Facebook dépasse difficilement les 2% sans engagement (like, partage ou commentaire, clic sur votre lien) de votre communauté. Travailler la conversion via les réseaux sociaux réclame surtout un story-telling parfait au risque de ne plus savoir quoi raconter au bout de quelques semaines (et donc de se décourager) et plus encore de lasser ses followers...

Taux de conversion des réseaux sociaux

Infographie présentant le taux de conversion des principaux réseaux sociaux comparé à ceux des principaux moteurs de recherche. Sources : Forbes 2019.

L'emailing est troisième canal d'acquisition clients préféré des marketeurs (devant le sms ?)

La notion d'emailing recouvre un nombre incalculable de sujets. Votre consultant webmarketing doit vous aiguiller tout d'abord sur les paramètres de configuration de vos campagnes - tant au niveau de la conception à proprement dite de votre mail mais aussi sur la configuration des serveurs et plateformes d'envoi - afin de fortifier vos taux de délivrabilité. La massification des collectes d'adresses électroniques comme des pratiques techniques n'est plus à l'ordre du jour. Le ciblage s'impose non seulement en termes algorithmiques mais aussi en termes de droit d'usage d'adresses mail collectées. Dans ce sens, le législateur a fait la chasse et la nouvelle Règlementation Générale sur la Protection des Données (abrégée RGPD) encadre plus encore la protection de vos données personnelles. Il reste encore pas mal de ménage à faire sur la prospection par appel téléphonique. Connaissez-vous le taux moyen de conversion d'une bonne campagne d'emailing ? Il est de 4% (source Digitaleo)  ! Pour une bonne campagne ! Taux moyen de conversion pour une campagne de SMS ? Tout dépendra de votre taux de délivrabilité ! Autrement dit, de votre capacité à utiliser une bonne base de données (des listing qui ne compilent pas des numéros HS).

Vous n'échapperez pas à l'e-réputation

En tout logique, un consultant webmarketing insistera sur les notions d'e-réputation. A l'égal de ce lien qui vous explique pourquoi il faut se soucier de sa réputation électronique, le cyber-acheteur se fait d'abord son opinion sur Internet avant de pousser les portes d'une boutique physique. Sachez encore que l'e-commerce prospère d'année en année. Cela fait déjà belle lurette qu'il devance le commerce traditionnel pour les cadeaux de fin d'année. Cultiver son branding et plus encore son personal branding possède d'innombrables qualités tant moteur que marketing. Et que dire des recruteurs qui ne feraient presque plus passer d'entretien pour s'en ternir quasi exclusivement à votre profil LinkedIn et votre capacité à développer un réseau cohérent rapporté à votre profil professionnel et formation... A propos de l'affiliation et de la présence de vos produits sur un marketplace, veillez à bien ficeler votre contrat qui vous lie à votre partenaire et surtout, surtout, bien suivre les guidelines d'un Google en termes de nature de liens et de contenus dupliqués. Bien évidemment, le retour sur investissement dépendra des pourcentages de revenus que vous aurez gérés avec votre "hôte".

Conclusion pas si personnelle que ça

Vous l'aurez compris ! Devant la complexité des usages et la professionnalisation des pratiques, bien difficile aujourd'hui de faire par "soi-même" pour un réel retour sur investissement correct. De plus, l'entrepreneur fait d'abord face à la structuration de son activité et modèle économique. Il ne peut pas être partout. Aussi clivant que puisse paraître mon discours, il a néanmoins le mérite d'attirer votre attention sur le nécessaire recul qu'il faut adopter face aux vendeurs de rêve pullulant ici ou là (les choses évoluent néanmoins dans le bon sens). Oui, le marketing digital peut être un formidable levier de croissance. A condition de rencontrer un consultant webmarketing honnête...

Pour aller plus loin :

Entre conception web et les réseaux sociaux, il ne faut pas choisir au risque de rater des opportunités.

Quelle est la bonne manière de faire du blogging ?

C'est quoi l'inbound marketing ? Seulement un terme à la mode ?

Faire défiler vers le haut